Alain Ade

Mois : mars, 2016

Sous un phonème (5)

NATION ALITÉE

Février 2016 :
Des djihadistes anti échangistes dénoncent la déchéance d’une nation alitée.
Mars 2016 :
François Hollande anti djihadiste renonce à la déchéance de nationalité.

Publicités

THE PRETTY THINGS, UNE INSTITUTION !

Lisons The Pretty Things, une institution ! (et après nous nous souviendrons des belles choses)

Des losers flamboyants ! Ils ont failli bouleverser le hit-parade avec « Midnight To Six Man », ils ont inventé l’opéra rock avec S.F. Sorrow alors que Tommy était encore dans les limbes, ils furent le premier groupe à signer pour le label de Led Zeppelin. Bref, ils répondaient « présents » chaque fois qu’il y avait une place à prendre, notamment celle des Rolling Stones, excusez du peu, si Phil May avait eu la fausse gouaille de Mick Jagger. Une place qu’ils n’ont pas prise !
Trop rebelles à leurs débuts, trop indépendants à la fin, trop défoncés entre les deux, les Pretty Things ne se sont jamais glissés dans le moule du show business. Ils ont eu, avec douze ans d’avance, l’attitude des punks britanniques. Sauf que, eux, leur cri de guerre n’était pas « No future », mais plutôt Fuck You : adulés par David Bowie période Pins Up, ils ont eu l’audace de dédaigner ses propositions de producteur. Un truc à tuer un groupe ! Pourtant, cinquante ans plus tard, Phil May et sa bande d’iconoclastes sont toujours là.
Long live rock’n’ roll !

C’est écrit par Didier Delinotte, un ami, et édité par Camion blanc.

PRETTY THINGS

ENCRES VIVES, 2 AVRIL

AFFICHE2016

Je serai le samedi 2 avril au salon du livre de Provins « Encres vives » pour une séance de dédicaces consacrée aux novélisations du Village français 1940 à 1944, mais également à La Commanderie et même à Quinze au balcon, paru il y a déjà 13 ans. L’affiche ci-dessus vous renseignera sur les autres invités, parmi lesquels je note avec plaisir la présence de Jean-Pierre Mocky, dont j’ai lu avec jubilation le dernier livre l’été passé. Venez nombreux !
J’en profite pour dire que la rencontre du 5 mars avec les lecteurs de la bibliothèque Jean Cocteau de Massy s’est bien passée. J’ai pu longuement expliquer à la trentaine de personnes qui s’étaient déplacées ce qu’était une novélisation. Ce « genre » particulier reste en effet un mystère pour beaucoup.
Je remercie la médiathèque de Massy et particulièrement Élisa Clément
de m’avoir donné l’occasion de le lever en partie.