Tartes postales (35)

Juin 2017 : après pas moins de 12 minutes de discussions âpres et sans concessions, sans aucune interruption de séance, les partenaires sociaux parvinrent enfin à se mettre d’accord sur la réforme indispensable du Code du travail. Épuré, lesté de ses scories pleurnichardes pour feignasses surpayées au SMIC , le document de 1000 pages n’affichait plus qu’un seul et unique feuillet résumant fort bien les relations dorénavant obligatoires entre employeurs et employés : TU BOSSES OU TU CRÈVES !

Partout dans le pays (ici en Vendée) des voix s’élevèrent pour saluer ce formidable recul social rendu possible par l’élection du Dieu Macron et de son Premier sinistre Édouard Philippe, ami de Libéraltion, du Fricgaro et de Voleurs Actuels. On sortit des placards les costumes régionaux, on relança les Fêtes votives, et les derniers prolétaires furent licenciés sans aucune indemnité, du moins  ceux qui ne furent pas fusillés en place de Grève.

 

Publicités