Alain Ade

Mois : mai, 2016

THE BYRDS – DES COWBOYS DE L’ESPACE

THE BYRDSLisons THE BYRDS – DES COWBOYS DE L’ESPACE (et après nous saurons tout sur ces drôles d’oyseaux).

Il fallait beaucoup de goût et de discernement, dans les années soixante, pour faire une place importante aux Byrds, ce groupe d’Angelinos issus du folk-song souvent assimilé à des sous-Beatles qui auraient chanté du Dylan. Hérésie !
Groupe pour rock-critiques, voire pour musiciens, les Byrds n’auront jamais eu, en France en tout cas, le succès qu’ils auraient mérité.
Pourtant, ils furent à l’origine du folk-rock, de la vague pop psychédélique, le l’acid-rock et du country rock, soit de presque tous les genres musicaux nés sur le sol américain dans les années 1960.
Les Byrds sont avant tout la réunion miraculeuse de personnalités aussi disparates que complémentaires. Jim/Roger McGuinn, cérébral et mystique, passionné de sciences et de technologie, qui conduira presque militairement un groupe d’anthologie dont il se voudra jusqu’au bout le leader. David Crosby, à la révolte sincère mais brouillonne, véritable écorché vif qui annonce, dès 1964, la révolution hippie. Gene Clark, troubadour inspiré et mélancolique natif du Midwest, devenu l’oiseau neurasthénique qui ne savait plus voler. Chris Hillman, jeune homme en colère, sincère et généreux, qui sera à l’origine des nombreux tournants musicaux du groupe. Sans oublier Gram Parsons, l’ange blessé dont les ailes ont frôlé la nébuleuse Byrds, humainement pour le pire et musicalement pour le meilleur.
Soit dix années intenses de clarté musicale dans la sombre et réactionnaire Amérique de Lyndon B. Johnson et de Richard Nixon, là même où nos cowboys californiens vont devenir des citoyens de l’univers, toutes frontières abolies.
Ce livre n’est autre que le récit de cette métamorphose : la riche histoire des Byrds qui auront incarné, dix ans durant, le meilleur de l’Amérique.

C’est écrit par Didier Delinotte, un ami, et publié par Camion Blanc.

 

Publicités

CONTRE VALLS – RÉPONSE AUX NÉOCONSERVATEURS

Lisons Contre Valls – Réponse aux néoconservateurs (et après nous comprendrons pourquoi ce personnage, crédité de 5,63 % des voix à la primaire socialiste de 2011, ne nous a jamais convaincus).

CONTRE VALLS

 

CONTRE VALLS - 4DC

C’est écrit par Noël Mamère et Patrick Farbiaz et édité aux Petits Matins