Tartes postales (4)

par Alain Ade

Le Lioran

Nous sommes en 1978. Jean-Marie, un camarade de service militaire, passe quelques jours au Lioran, dans le Cantal. La carte est oblitérée à Murat. On est loin, très loin, de cette Auvergne enneigée que chantera bien des années plus tard  Jean-Louis Murat, le berger solitaire  du col de la Croix-Morand.

Comme un lichen gris/Sur le flanc d’un rocher/Comme un loup sous la voie lactée/Je sens monter en moi/Un sentiment profond/D’abandon/Par mon cœur et mon sang/Col de la Croix-Morand/Je te garderai.

Publicités